Coproprieterre Toutes les informations pour comprendre la copropriété

La ventilation

ARCHP0041

Comme chacun le sait, il est important de veiller à avoir une bonne ventilation des logements, et cela pour plusieurs raisons : hygiène, santé, condensation, humidité, moisissures mais aussi performance énergétique.

Il est important de veiller à avoir une bonne ventilation des logements, et cela pour plusieurs raisons : hygiène, santé, condensation, humidité, moisissures, mais aussi performance énergétique. Un logement bien ventilé est généralement un logement agréable. Un logement mal ventilé (trop ou trop peu) peut rapidement devenir difficile à vivre : surchauffé en été, trop humide l’hiver, courants d’air, odeurs (tabac, cuisine…).

Avec la nécessité de réduire la consommation énergétique des bâtiments, qui passe obligatoirement par une amélioration de l’étanchéité à l’air des bâtiments, les problèmes posés par une mauvaise ventilation prennent plus d’importance.

La ventilation est souvent le « parent pauvre » de la rénovation énergétique et il arrive fréquemment de voir des projets d’isolation importants avec un volet « ventilation » mal pensé, voire inexistant !

La ventilation « naturelle »

Qu’est-ce qu’une ventilation naturelle?

La ventilation naturelle fonctionne grâce au vent et au « tirage thermique », qui est un mouvement d’air causé par la différence de température entre l’intérieur et l’extérieur du logement.

Types de conduits

Ces conduits peuvent être de deux types : individuels ou « shunt ».

Les conduits individuels relient directement la salle d’eau, les sanitaires et la cuisine à la toiture.

Avec le système dit « shunt » les salles de bains ou les cuisines (qui sont situées les unes au-dessus des autres), sont raccordées à un conduit vertical unique.

Renouvellement d’air

Renouvellement pièce par pièce

Avec ce système l’air est extrait au niveau des pièces humides (bain, douche, sanitaires, cuisine) soit par ouverture des fenêtres, soit par des grilles en façade, soit par des conduits.

Au niveau des autres pièces, il n’y avait rien de prévu spécifiquement, les fenêtres de l’époque présentant des défauts d’étanchéité à l’air souvent très importants.

Renouvellement général

On parle de ventilation générale parce que l’on ventile toutes les pièces du logement (et pas uniquement les pièces humides). Cette ventilation générale s’effectue par « balayage »:

  1. il pénètre dans les pièces principales (les moins polluées) par des grilles d’aération
  2. puis passe sous les portes intérieures (détalonnage de 2 cm environ)
  3. puis est extrait au niveau des pièces humides (les plus polluées)

Les limites de la ventilation naturelle

Le problème principal de la ventilation naturelle est qu’on ne maîtrise pas les débits: ceux-ci sont trop importants l’hiver (d’où surconsommation de chauffage), trop faibles en automne et au printemps, et parfois mal orientés selon l’action du vent.

Un autre problème très important est l’inconfort des grilles d’aération (surtout les grilles basses) qui font entrer des courants d’air froid. Ces grilles sont donc fréquemment obstruées, ce qui réduit le renouvellement d’air du logement.

Améliorer une ventilation naturelle : passer à une ventilation naturelle « assistée »

La ventilation naturelle assistée permet d’avoir, quand cela est nécessaire, un renouvellement d’air plus important, grâce à un équipement installé en toiture. Cela est nécessaire quand le tirage thermique est faible.

Cet équipement assiste le tirage naturel grâce à un système motorisé de pâles dont la rotation est déclenchée soit par une horloge préréglée en fonction de l’heure et des saisons, soit à l’aide d’une sonde de température (thermomètre) ou de vent (anémomètre).

La Ventilation mécanique contrôlée (VMC)

ARCHP0040-644x246

Qu’est-ce qu’une VMC?

Ce type de ventilation est dite « contrôlée » car elle permet, si elle est bien conçue et bien entretenue, d’assurer un renouvellement d’air constant toute l’année.

La ventilation mécanique s’effectue à l’aide d’un extracteur (ou caisson d’extraction) placé en toiture qui aspire l’air des logements à travers un réseau de gaines étanches (à la différence des conduits utilisés en ventilation naturelle), puis le rejette à l’extérieur. Toutes les pièces des logements sont ventilées par « balayage ». L’air

  1. pénètre dans les pièces principales (les moins polluées) par des grilles d’aération fixées généralement au dessus des fenêtres
  2. passe ensuite sous les portes intérieures (détalonnage de 2 cm environ)
  3. est enfin extrait au niveau des pièces humides (les plus « polluées »)

Les problèmes rencontrés avec la VMC

La VMC peut présenter des dysfonctionnements: problèmes de débits, bruits, etc. Ceux-ci relèvent le plus souvent de problèmes de réglages, d’entretien ou de conception des réseaux. Ces problèmes ne doivent pas être tolérés: il y a toujours une solution à ces cas de figure.

Améliorer une VMC

Installer des bouches hygroréglables

« Hygro » est une racine grecque qui veut dire humide.

Une entrée d’air et une bouche d’extraction hygroréglables contiennent une membrane qui se contracte ou qui se dilate en fonction de l’humidité de la pièce, ce qui est très intéressant car une pièce occupée est plus humide qu’une pièce vide, du fait de la respiration des personnes et de l’utilisation de certains équipements (salle d’eau, cuisine…).

Dans une pièce inoccupée, une entrée d’air hygroréglable et une bouche d’extraction hygroréglable laissent passer moins d’air, ce qui évite de faire entrer trop d’air froid, et permet donc des économies d’énergie (car on a moins d’air froid à réchauffer).

Dans une pièce occupée, le phénomène inverse se passe, ce qui permet de laisser entrer plus d’air et de maintenir constante la qualité de l’air intérieur.

On a ainsi un bon équilibre entre qualité de l’air et consommation d’énergie, équilibre qui s’adapte en fonction de l’utilisation des lieux.

Obtenir un bon entretien

L’entretien est très important en VMC car le fonctionnement de chaque élément d’une VMC a un impact sur les autres : une entrée d’air obstruée dans un logement peut perturber le fonctionnement de la ventilation dans d’autres logements.

Tous les équipements de VMC (entrées d’air, bouches d’extraction, conduits, extracteurs) doivent être nettoyés régulièrement. Sinon, on rencontrera toutes sortes de nuisances : manque de ventilation, sifflements, développement de moisissures… D’autre part, un conduit encrassé ralentit l’air et entraîne un manque de ventilation.

Et si des hottes de cuisine sont raccordées au conduit de ventilation, ce qui est interdit par l’article 14 de l’arrêté du 24 mars 1982, ce sera la « catastrophe »…

Cas particulier : l’entretien des VMC-gaz

Une VMC gaz combine l’aération des logements avec l’extraction des gaz brûlés des chaudières individuelles fonctionnant au gaz. Les gaz brûlés mélangés avec le rejet de l’air du logement sont évacués par le réseau de la VMC. Si la VMC fonctionne mal, il y a un risque d’intoxication qui peut être mortelle.

Avec une VMC gaz, il est donc obligatoire d’avoir un DSC (dispositif de sécurité collective), qui coupe les appareils à gaz raccordés si la VMC est en panne.

L’entretien des VMC gaz nécessite une réelle qualification de la part de l’entreprise. Il est fortement conseillé de faire appel au même prestataire pour ce qui est de l’entretien des générateurs individuels gaz et celui de la VMC (cohérence technique et efficacité pratique).

Guide Ventilation en copropriété

Guide La ventilation des logements en copropriété

Actualités

La nouvelle version du Bilan Initial de Copropriété (BIC) est enfin disponible !
Lire la suite

07-06-16 Publication des textes relatifs à l’individualisation des frais de chauffage : l’analyse de l’ARC
Lire la suite

15-02-16 Communiqué de presse de l’ARC relatif à l’obligation d’individualisation des frais de chauffage
Lire la suite

Voir toutes les actualités

Près de chez vous

Retrouver les EIE (Espace Info Energie) à l'aide de notre carte interactive.

Voir la carte des EIE

Retours d'expériences

Retrouver les Retours d'expériences à l'aide de notre carte interactive.

Voir la carte des Retours d'expérience