Un bâtiment perd sa chaleur par différents « postes » : isolations de la toiture ou des murs, réseau de distribution de chaleur , étanchéité à l’air, etc.
L’objectif du système de chauffage est de compenser ces pertes pour maintenir la température intérieure à sa valeur de consigne.

Le rôle du chauffage

Un bâtiment perd sa chaleur par différents « postes » : isolation de la toiture ou des murs, réseau de distribution de chaleur, étanchéité à l’air, etc.

L’objectif du système de chauffage est de compenser ces pertes pour maintenir la température intérieure à sa valeur de consigne.

Le chauffage collectif

La production de chaleur

Elle a lieu dans une chaufferie ou une sous-station, grâce à une chaudière ou un échangeur de chaleur.

Une chaufferie contient une ou plusieurs chaudières, qui fonctionne le plus souvent au gaz, mais parfois encore au fioul. D’autres énergies peuvent être utilisées, comme la biomasse.

Une sous-station de chauffage urbain contient un échangeur de chaleur, qui fonctionne à partir de la chaleur fournie par le réseau de chauffage urbain.

NB: le terme sous-station peut également désigner une pièce située après la chaufferie, dont la fonction est de réguler la chaleur délivrée dans tel ou tel bâtiment.

Dans les chaufferies qui, en plus du chauffage, assurent également la production d’eau chaude collective, il existe souvent des échangeurs de chaleur dont la fonction est de transférer la chaleur produite par la chaudière à l’eau chaude sanitaire.

La distribution

La « distribution » a pour fonction de transporter la chaleur produite de la chaufferie vers les logements. La distribution se compose principalement des pompes, qui mettent en mouvement l’eau du réseau de chauffage et du réseau de canalisation, et, quand elles existent, des vannes d’équilibrage.

L’émission de chaleur dans les logements

Elle peut se faire à partir de différents « émetteurs de chaleurs », dont les principaux sont :

  • les radiateurs
  • les convecteurs
  • les planchers chauffants

Au niveau du logement, il peut aussi y avoir des « apports gratuits », qui sont de deux types :

  • Les apports solaires extérieurs, dus aux rayons du soleil qui réchauffent le bâtiment et les pièces.
  • Les apports anthropiques intérieurs, dus aux activités humaines, que ce soit la simple présence des personnes ou des activités comme la cuisine.

On distingue les apports « récupérables », pris en compte par le système de régulation et permettant une baisse des consommations des apports non récupérables. Le soleil qui réchauffe une pièce dans lequel se trouve un robinet thermostatique sera considéré comme apport de chaleur récupérable, car le robinet thermostatique prendra en compte l’élévation de température pour couper l’arrivée d’eau chaude dans le radiateur, ce qui diminuera ainsi la consommation d’énergie. Une ampoule qui chauffe un plafond sera considérée comme non récupérable, car la chaleur dégagée ne sera pas détectée par le système de régulation.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *